La lauréate de la semaine

jeudi 12 janvier 2017
par  Equipe de lettres
popularité : 1%

Pour débuter l’année, le ScriptoQuiZ portait sur un sujet... gourmand, mais pas évident : expliquer le sens littéraire de quatre verbes d’inspiration culinaire.
Félicitations à Faustine Maury (4è3) qui a trouvé toutes les définitions :

  • caviarder : qui vient donc de "caviar", et signifie "censurer." Quel rapport ? Eh bien, le mot est né dans le jargon journalistique au début du XIXème siècle pour désigner la censure en Russie, pays du caviar...
  • entrelarder : dérivé direct du même mot qui en cuisine signifie "glisser des morceaux de lard dans une viande". C’est le romancier Balzac, lui-même très gourmand, qui a trouvé une application littéraire à ce mot : insérer des citations ou des digressions nombreuses dans un texte.
  • truffer : il s’agit de nouveau d’un dérivé direct pour ce mot qui signifiait à l’origine "remplir de truffes". En littérature, il consiste à insérer de nombreux éléments de nature identique dans un texte. C’est donc... un synonyme d’entrelarder.
  • sucrer : venu de "sucre", il a une histoire plus compliquée. Il faut en effet passer par son opposé, en goût comme en sens, "saler", qui signifiait en argot "charger". Par opposition, "sucrer" signifie "supprimer" !

Quant à la genèse de ces expressions, Faustine nous propose une hypothèse intéressante : les mots seraient comme des ingrédients, avec lesquels on peut tout faire dans un texte.


Brèves

1er février - Actualités mathématiques

Mathador d’hiver
BREVET BLANC
Sujet et corrigé

21 décembre 2012 - Les latinistes fêtent les Saturnales

Les latinistes de 5e ont fêté les 20 et 21 décembre le solstice d’hiver en célébrant des (...)