Les 24 heures de la BD au club lecture

mardi 21 février 2017
par  Equipe de lettres
popularité : 1%

Le 31 janvier, nous avons consacré la séance à la nouvelle édition des 24 heures de la BD. Cette manifestation se produit une fois par an lors du festival d’Angoulème : les participants - professionnels, amateurs et étudiants du monde entier - disposent de 24 heures pour réaliser une BD de 22 planches, assortie de sa couverture, sur un thème imposé.
Cette année, il s’agissait d’intégrer au scénario un super-héros ou une super-héroïne farceuse.

Nous nous sommes d’abord interrogés sur l’exercice en lui-même, avec parfois des visions opposées : pour certains, une démarche imposée est contraire à l’essence libre de l’art. Pour d’autres, même si la contrainte de temps notamment est importante, le thème imposé donne des repères, et permet de communier dans sa pratique avec d’autres auteurs, pour l’amour de l’art justement, puisqu’il n’y a rien à gagner ! Visionner ces planches nous a également permis de mieux saisir les ressorts de l’improvisation, qui s’appuie souvent, en réalité, sur des fragments préparés.

Le thème de l’année nous a évoqué trois pistes : un super-héros drôle, un super-héros qui joue de mauvais tours et, inspirés par l’un des participants, un super-héros qui farcit...

Voici notre sélection parmi les très nombreuses participations :

  • Parmi les professionnels :
    • Puyo : cet auteur surprend le lecteur avec son interprétation du thème à contre-pied, au prix d’une entorse à la langue (farceur # farcisseur)
    • Arnaud de Viviès : il réinvente le pacte faustien, il fallait oser !
    • Christophe Bataillon : il mobilise la culture geek pour une bd sans parole qui s’exprime par la connivence avec les joueurs de jeux vidéos. Original, c’est sûr !
  • Parmi les amateurs :
    • Dix Neuf Lapins : le super-héros farceur par excellence, mélange de Batman et de M. Le Chat à l’heure des Youtubeurs. Hilarant !
    •  
  • Parmi les étudiants :
    • Pierre Chabosy : un super-héros à l’âge bête. Si on voit bien le côté farceur, l’auteur n’ayant pas eu le temps d’achever, hormis le costume la dimension "super-héros" nous échappe plus... Mais c’est facile à comprendre et drôle.
    • André Valente : Cet étudiant avait manifestement une idée en tête, en lien avec l’actualité de ce début d’année. Il l’a adaptée pour qu’elle corresponde au thème imposé.
    • Alicy Sunberg : le super-héros évolue dans un environnement médiéval, ce qui est original.

La prochaine séance, mardi 21 février, sera consacrée aux livres évoqués précédemment au sein du club lecture.


Brèves

13 novembre - Actualités mathématiques

MATHADOR de Toussaint : sujet et solutions
FRACTALES : L’expo

21 décembre 2012 - Les latinistes fêtent les Saturnales

Les latinistes de 5e ont fêté les 20 et 21 décembre le solstice d’hiver en célébrant des (...)