Accueil > Les disciplines > Français > Une lecture de vacances

Une lecture de vacances

Publication : (actualisé le ) par Equipe de lettres

C’était le thème du club lecture de la rentrée.

Les vacances sont l’occasion de se faire plaisir, et d’assouvir sa curiosité pour des titres dont on a entendu parler. Parfois, on découvre une merveille et parfois, on est un peu déçu...

Dans cette seconde catégorie, Ne m’appelez pas Ismaël, de Robert Hamond, écrase un peu le lecteur sous ses bonnes intentions. Parler du harcèlement et du pouvoir des mots, bonne idée ! Mais doit-on forcément en passer par des situations répétitives d’un tome à l’autre, qui donnent l’impression que le héros lui-même ne retire rien de ses expériences passées ?
Pour une autre raison, 14, de Jean Eschenoz, ne correspond pas forcément à ce que l’on attend d’une lecture de vacances. Fidèle à lui-même, l’écrivain essaie d’appréhender un sujet au plus près des consciences, comme il l’a fait pour Ravel ou Courir. Mais cet événement mondial l’entraîne dans un récit très fragmenté, que l’on peine à suivre.

Côté découvertes, cet été a été riche pour les uns et les autres. Les amateurs de science-fiction liront avec intérêt La guerre des mondes, de H.G Wells, une référence incontournable qui confronte l’humanité (incarnée par le peuple britannique), à une invasion hostile... Plus récemment et en plus gore, Sanglant hiver, de Hildur Knútsdóttir, reprend la même idée. Cette fois-ci, ce sont les Islandais qui se trouvent menacés par d’horribles envahisseurs.
Plus fantastique mais tout aussi angoissant, Instinct, de Vincent Villeminot, raconte l’histoire d’un adolescent qui nourrit le troublant sentiment d’être devenu un ours...
Dans un tout autre genre, Le pays des contes, de Chris Colfer, propose un véritable dépaysement : par la vertu d’un livre magique, voici les héros transportés au pays des contes de fées... lequel n’a rien à voir avec l’univers merveilleux que l’on se figure ! Ce livre prend le contre-pied d’un univers que Timothée de Fombelle, dans Le livre de Perle, essaie de son côté de renouveler en en conservant l’esprit. Il s’agit cette fois-ci d’un héros que de multiples péripéties ont exilé hors "des royaumes", ces lieux de contes de fées.

Les vacances sont aussi l’occasion de se plonger dans des sagas. Graal, de Christian de Montella, recommandé par les professeurs de français, permet de parcourir en 4 tomes le monde des romans de chevalerie, remis au goût du jour.
Histoire d’alliances et de guerres aussi, La guerre des clans d’Eris Hunter, développe les aventures de quatre clans félins sur pas moins de 3 cycles et 20 tomes ! Recommandé pour les lecteurs avides d’action et doués d’une bonne mémoire pour se retrouver dans les noms de tous les personnages..

Enfin, quoi de mieux que les vacances pour relire ses livres préférés ? Ainsi, Mon bel oranger, de José Mauro de Vasconcelos, récit de formation un peu mélancolique, a marqué des générations de lecteurs. L’auteur a poussé l’expérience plus loin avec Allons réveiller le soleil, une suite qui transporte le héros rêveur dans un univers carrément merveilleux (à moins qu’il ne s’agisse d’une métaphore ?). A condition d’accepter ce pacte, ce second roman se révèle particulièrement émouvant et réussi.