Des livres en langue étrangère au club lecture

lundi 28 mai 2018
par  Equipe de lettres
popularité : 7%

En tant que collégiens, nous ne lisons la plupart du temps des livres français ou anglo-saxons traduits en français mais comparé à la littérature mondiale, cela est très peu.
Dans la littérature étrangère, nous pouvons apprendre beaucoup de choses comme par exemple les croyances et les coutumes d’autres pays, les traditions, les histoires de leur fondation etc. Cette séance du club lecture était donc consacrée aux livres étrangers.

  • NonNonbâ de Shigeru Mizuki, est un manga mais aussi une autobiographie de l’auteur. Il raconte l’histoire d’une famille japonaise qui décide de donner de l’aide à son insu à une vieille dame qui vient de perdre son mari. Elle devient alors la nounou de deux garçons dont Shigeru. Elle qui était très superstitieuse, se croyait tout le temps en compagnie de yokai (esprits). Elle apprit alors aux deux enfants tous les noms des yokai, leur fonction, leurs pouvoirs, comment se protéger des mauvais et comment s’attirer les bienfaits des bons.
  • Ten Obcy d’Irena Jurgielewiczowa en français "L’étranger" est un livre polonais qui parle de problèmes liés à l’amour et aux défis associés à l’adolescence.
    Ses héros sont quatre amis dans un petit village, à Olszyn, à environ 150 km de Varsovie. Pendant les vacances, les enfants trouvent une île formée après l’inondation de printemps, où ils passent beaucoup de temps. Ils l’aménagent : ils font une cabane, mettent des perchoirs pour en faciliter l’accès. Un jour, un mystérieux garçon nommé Zenek apparaît sur l’île. Il se trouve que l’étranger est blessé, alors la bande d’amis décide de prendre soin de lui.
  • Sinbad le marin de René Rizqallah Khawam. Depuis la traduction d’Antoine Galland, on trouve dans Les Mille et Une Nuits les aventures de Sinbad le Marin. A Bagdad, un pauvre livreur du nom de Hindbad fait une pause sur un banc près de la grille de la maison d’un riche marchand. Alors qu’il se plaint à Allah des injustices d’un monde qui permet aux riches de vivre pleinement alors que lui doit travailler d’arrache-pied et demeurer pauvre, le propriétaire des lieux l’entend et l’envoie chercher. Le riche Sinbad dit au pauvre Hindbad qu’il est devenu riche par la chance, au cours de ses sept voyages fantastiques qu’il va maintenant lui conter.
  • Les trois royaumes combattants, de Luo Guanzhong. Dans la Chine de l’Antiquité, la période des Trois Royaumes est précédée par une quarantaine d’années durant lesquelles l’empire Han (漢) se désagrège, divisé entre plusieurs seigneurs de la guerre rivaux. Incapables de se départager sur le terrain militaire, les potentats restants, Cao Cao et son fils Cao Pi (royaume de Wei 魏 au Nord le long du fleuve Jaune), Liu Bei (royaume de Shu 蜀 dans le bassin du Sichuan) et Sun Quan (royaume de Wu 吳 dans le Sud-Est), mettent en place les Trois Royaumes après l’abdication du dernier empereur Han, dont ils se disputent la succession. Ils se proclament chacun à leur tour empereur dans les années 220. Leurs successeurs s’affrontent pour la domination de la Chine, avant d’être supplantés l’un après l’autre entre 265 et 280 par le clan Sima, qui fonde la dynastie Jin (晉).
  • Hua Mulan, de Liu Weide. Les Huns envahissent franchissent la muraille de Chine en pleine nuit. L’empereur décrète la mobilisation d’un homme par famille. Pendant ce temps, Hua Mulan, fille unique, arrive en retard à son rendez-vous avec le marieuse, les cheveux couverts de paille. Elle se fait rapidement vêtir en mariée, mais elle commet tant de maladresses que la marieuse la renvoie. De retour chez elle, elle retire son maquillage et s’interroge sur la place qu’elle doit tenir. Le devoir et l’aventure l’appellent : habillée en guerrier, elle va jouer un rôle décisif dans la défense de l’Empire contre les envahisseurs.
  • Le Baron perché de l’Italien Italo Calvino, raconte l’histoire de Côme, fils aîné du Baron Laverse du Rondeau, âgé d’à peine douze ans. Il décide, à la suite d’une dispute avec ses parents, de monter au sommet de l’yeuse de leur jardin. Il se jure de ne plus jamais redescendre. Dans les cimes, se déplaçant d’arbre en arbre, il apprend à se forger un caractère, entre autres à tuer pour survivre. Il passe des années dans les arbres et multiplie les rencontres surprenantes, de son amour Violette à… l’empereur Napoléon. Son excentricité lui vaut le surnom de « baron perché ».
  • La demeure d’Astérion de l’Argentin Jorge Luis Borges est l’histoire du minotaure mais de son propre point de vue : il est solitaire, innocent et décrit sa demeure et sa vie, faite de jeux et de rêveries, mais aussi d’ennui jusqu’à sa rencontre avec Thésée.
  • Footballissime de Roberto Santiago raconte l’histoire d’une équipe de football du collège Soto Alto au Brésil. Mais c’est beaucoup plus qu’une équipe de football scolaire. Les neufs joueurs qui la composent, garçons et filles, ont fait un pacte d’amitié. Quoi qu’il arrive, « Les Footballissimes » se battront pour que leur équipe ne disparaisse jamais. Quand des arbitres se mettent à s’endormir en plein milieu de leurs matchs, Les Footballissimes décident de mener leur propre enquête. Car ils sont persuadés que leur équipe est victime d’un complot…
  • My Place de Sally Morgan raconte l’histoire d’une jeune fille aborigène en Australie. Comme beaucoup de jeunes de sa culture et de sa génération, elle ne sait pas d’où elle vient. Cette autobiographie relate sa découverte progressive de son identité et ses nombreux défis, tels que s’intégrer à l’école, obtenir de bonnes notes pour l’acceptation à l’Université, et vivre la vie sans son père.

Moïse Konate, 6è6


Commentaires

Brèves

20 avril - Actualités mathématiques

MATHADOR de Printemps : sujet ; solution
KANGOUROU : sujets et solutions
OLYMPIADES : (...)

21 décembre 2012 - Les latinistes fêtent les Saturnales

Les latinistes de 5e ont fêté les 20 et 21 décembre le solstice d’hiver en célébrant des (...)