Les histoires adaptées en dessins animés

mardi 5 juin 2018
par  Equipe de lettres
popularité : 1%

Les livres sont souvent adaptés en dessins animés, pour plusieurs raisons : le dessin animé, accessible aux plus petits, permet de faire connaître une histoire à un large public ; il aide à visualiser des histoires qui sont parfois des légendes anciennes dans des cadres impressionnants mais que l’histoire ne décrit pas ; il remplace parfois, à l’inverse, de longues descriptions un peu longues par des images, qui demandent moins d’efforts et font de l’effet ! Le dessins animé permet des images très spectaculaires, d’autant plus qu’il s’accompagne de musique et des chansons faciles à retenir. Tout pour plaire !

  • La Princesse et la Grenouille : À La Nouvelle-Orléans, dans les années 1920, le prince Naveen de Maldonia est transformé en grenouille par le docteur Facilier, un terrifiant sorcier vaudou. Afin de retrouver sa forme humaine à l’aide d’un baiser, Naveen décide de trouver une princesse et tombe sur Tiana, qui est en fait une jeune serveuse. Une adaptation très modifiée de ce conte traditionnel. En introduisant le vaudou et le cadre de la Louisiane, les studios Walt Disney donnent au conte un aspect fantastique, inquiétant, et jouent sur un certain style de musique.
  • Titeuf de Philippe Chappuis : Nous avons déjà parlé de la bande dessinée d’origine. Elle est adaptée en dessins animés qui reprennent le format court. le plaisir est ici celui de la reconnaissance du personnage, évidente dès lors que le support d’origine comporte déjà des dessins.
  • Garfield : L’histoire est une suite de gags tournant autour d’un gros chat orange, nommé Garfield, dont la bande dessinée tire son nom. Ce personnage se caractérise par son humour méchant et féroce. Là encore, on le retrouve à l’identique à l’écran.
  • Cendrillon : une douce jeune fille subit les méchancetés de sa belle-mère et de ses deux horribles filles. Un jour, transformée par sa marraine la bonne fée en princesse éclatante de beauté, elle se rend au bal du prince qui tombe fou amoureux d’elle... Le dessin animé de Walt Disney, avec les petites souris et les oiseaux qui aident Cendrillon, les paillettes multicolores qui s’échappent de la baguette de la fée, et la transformation à vue de la citrouille, nous permet de nous représenter des aventures que le conte décrit rapidement. C’est.. magique !
  • Mêmes remarques pour Blanche Neige, dessin animé qui, en son genre, peut terrifier... Souvenez-vous de la tête de la méchante reine, et de sa fuite dans la forêt sous les éclairs ! Encore Walt Disney.
  • Autre conte qui a fait l’objet de nombreuses adaptations, Le Petit Chaperon Rouge : dans La Véritable Histoire du Petit Chaperon Rouge (Cory et Todd Edwards, Tony leech : ce n’est pas un Disney cette fois), chacun raconte sa version des faits, et le rire nait du décalage entre ce que nous connaissons du conte, et une nouvelle vison des personnages. Tex Avery s’est aussi emparé de ce classique pour le parodier ; La grand-mère, folle amoureuse du loup, le poursuit dans tout Manhattan...
  • Pokémon : ces créatures (leur nom vient de Pocket Monsters) qui vivent en harmonie avec les humains, mais possèdent des aptitudes quasiment impossibles pour des animaux du monde réel, telles que cracher du feu, comme Dracaufeu, ou encore générer de grandes quantités d’électricité, comme Magnéti. Les Pokemons sont à l’origine un jeu vidéo, et non une histoire comme on pourrait le croire.
    Comme pour les adaptations de mangas, le passage au dessin animé donne lieu à une certaine violence : les chocs et les attaques, très nombreux en général dans les mangas, sont encore plus impressionnants à l’écran. Autre trait caractéristique des mangas : ils sont écrits en vue d’une production ultérieure en "animé" (ce sont souvent d’ailleurs les mêmes studios qui produisent les livres et les animés). Le style demeure donc exactement le même. Ile st d’une certaine manière prévu pour l’adaptation. Nous évoquons Dragonball, OnePunchman, OnePiece. Dans tous ces cas, on perd toutefois l’architecture des planches, si travaillée dans le manga, où la succession n’est pas linéaire.
  • Peter Pan est un personnage créé par l’auteur écossais J. M. Barrie, apparu pour la première fois dans le roman The Little White Bird en 1902, puis dans la pièce du même nom et enfin dans le roman Peter et Wendy, plus connu sous le titre Peter Pan. L’adaptation par Disney accentue les rebondissements dramatiques de l’histoire, rend honneur là encore à la magie de la fée Clochette, et restitue bien l’humour de Barrie (pensons au crocodile). Mais ce livre grave et triste par endroits perd beaucoup de sa complexité.
  • Le Prince d’Egypte est le premier dessin animé de DreamWorks. Il raconte un épisode de l’ancien testament : l’histoire de Moïse, né au sein d’une famille hébraïque en Égypte, à l’époque où le peuple hébreu est réduit en esclavage. Déposé par sa mère dans un panier, sur le Nil, pour échapper au massacre des premiers-nés juifs par le pharaon, il est trouvé par la femme de pharaon, qui l’adopte. Moïse va donc vivre de manière insouciante au côté de son frère aîné, Ramsès II, destiné un jour à hériter du pouvoir royal. Un jour, Moïse croise le chemin de Myriam, sa sœur biologique, qui le reconnait et lui apprend qu’il est hébreu. Les événements se succèdent et Moïse finit par prendre la tête du peuple hébreu dans son opposition au pharaon et sa marche hors d’Egypte. L’apport du dessin animé tient aux décors grandioses, à la dramatisation des scènes , notamment grâce aux bruits et à la musique, et à la mise en valeur des sentiments des personnages.

Commentaires

Brèves

20 avril - Actualités mathématiques

MATHADOR de Printemps : sujet ; solution
KANGOUROU : sujets et solutions
OLYMPIADES : (...)

21 décembre 2012 - Les latinistes fêtent les Saturnales

Les latinistes de 5e ont fêté les 20 et 21 décembre le solstice d’hiver en célébrant des (...)